Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 09:31

O Lituanie, ma Patrie...

Adam Mickiewicz conduit ma pensée au pays d'enfance de mon enfance et de jeunesse de  mon père,

Ailleurs, le poète exprime son affection pour sa mère ... O Lituanie, ma Patrie...

...

Depuis 77 ans je suis en pèlerinage. J’ai rencontré des prêtres, des savants et des écrivains.

J’ai vu de grandes foules menées par les hiérarques, je fréquente une petites chapelle à Varsovie, rue Piwna,

mon lieu sacré personnel.

Depuis plusieurs années je vis en France. Il y a 42 ans, j’ai rencontré mon épouse, une Hollandaise.

Je n’avais réalisé tout de suite que nous venions de deux mondes différents. Héritier du catholicisme

millénaire, venu de la Pologne officiellement communiste, j’ai trouvé à Rome, via Santa Maria

dell’Anima, l’authentique enthousiaste du renouveau de l’église, annoncé par le concile Vatican II.

Les racines de ma spiritualité se trouvent naturellement en Pologne. La principale, ce sont mes parents.

Puis, les amis de Czestochowa, les messes dominicales dans la petite église tout près, les liens noués à

Varsovie, dans le milieu d’une revue personnaliste et au cours de mes études, intensité que j’ai vécue à

cause de l’état de guerre, ma mission consulaire à Lille, des lieux et des rencontres, des images et des l

ectures, en sont la suite et l’enrichissement :

En octobre 1956, une grande messe est célébrée devant le couvent de Jasna Góra. Du balcon, je vois,

un peu plus bas, à une dizaine de mètres, le cardinal Stefan Wyszyński, primat de Pologne. Sur un immense

champ devant, une foule écoute et prie.

Quelques années plus tard, la Fête Dieu à Varsovie, un autel érigé sur l’une des principales voies de la

capitale, le faubourg de Cracovie. Le cardinal manifeste, à sa façon, le courage de grand homme.

L’église la rue Piwna. Depuis la destruction des années 40, on retrouve dans la nef principale une statue en

bois du Christ, à moitié brûlée. En 1977, mes amis y participèrent à une grève de la faim contre le régime.

Pendant de longues minutes, je m’y concentre, dans une petite chapelle, et je pense aux choses importantes

pour ceux qui me sont proches. Tout près, il y a la Vieille Ville, où nous avions été accueillis, ma mère et moi,

juste avant la guerre, lors de nos difficiles déplacements. Encore aujourd’hui, je vois les ruines qui nous

frappèrent en 1949, moi et mes parents. Je suis incapable de décrire la magie de ces lieux, où

la Présence est si puissante.

Promenades au sud de la Pologne. Lectures, visites des dernières maisons des populations disparues,

prière avec Tadeusz Mazowiecki à Notre Dame de Lorette en hiver 1987, l’après-midi où nous étions

out seuls dans le sanctuaire.

 Les paroles de Jean-Paul II prononcés à Varsovie le 2 juin 1979 :

Que descende Ton Esprit
Qu’il renove le visage de cette Terre,
de Cette terre !

L’aéroport de Krosno, le 8 juin 2008. L’extraordinaire silence des pélerains pendant la messe célébrée par

Jean Paul II.

Un plan local d’urbanisme souhaité par la municipalité de Vendeville m’a donné l’occasion de découvrir le

culte de Sainte Rita, patronne des causes impossibles. Dans l’église locale, des pèlerins de toute la France

confient à la sainte les problèmes les plus difficiles et les souffrances de leurs proches. Des bougies allumées

et des lettres témoignent de leur inébranlable foi. 

Den Oever, un ami néerlandais de la Pologne, du nord-ouest des Pays-Bas, a mobilisé  pendant de longs

mois des gens et des institutions pour sauver la vie d’un jeune Polonais, rencontré au cours de ses

voyages musicaux.

Depuis un demi-siècle, un ami parisien est pour moi un soutien sans faille.

Je pense que les Français, cartésiens et laïques, comme les protestants Néerlandais ne nous connaissent pas,

dans ce domaine, assez bien et n’hésitent pas à nous critiquer, ce que d’ailleurs, nous leur rendons.

Une certaine austérité facilite peut-être aux Néerlandais d’approfondir leur regard, et le goût du bien

vivre, si français, nous attire leur amitié. 

Parmi les événements particuliers, je compte le 40e anniversaire de notre mariage, en 2010, dans l’église

de la Sainte Croix, où se sont mariés mes parents et où j’ai été baptisé.

C’est à Rome que j’ai rencontré mon épouse. Cela signifie aussi l’ouverture d’un constant et parfois difficile

débat. Ma vision se développe, je mesure mieux la richesse de mes sources polonaises, j’apprends

à apprécier le sens du Décalogue.    

J’en veux aux hommes politiques français d’avoir refusé d’inscrire l’enracinement chrétien de la

spiritualité de l’Europe.

J’accepte qu’il y ait des comportements propres à chaque personne humaine. Mais je trouve

indigne d’une communauté nationale de légaliser ceux qui peuvent conduire au mépris de la vie.

Je crois à l‘Esprit Saint, puisque je sens sa présence dans ma vie.

Je crois en Dieu et aux Evangiles, puisque les oeuvres des hommes sont imparfaites.

Je veux croire en toute personne, car chacune est appelée à la bonté.

Il est injuste et relatif de critiquer les autres, quand la critique vient de la jalousie et de l’ambition.

Le pouvoir, l’argent et le sexe peuvent devenir le fondement du mal.

Telles sont les bases de ma foi.

L’exposé est bref, mais tant d’écrits étaient consacrés au sujet …

Notre Père qui est aux cieux

Que Ton Règne vienne …

Partager cet article

Repost 0
Published by 011bukowski.over-blog.fr - dans filozofia
commenter cet article

commentaires